1 octobre 2014. Ottawa. La CAD, organisme qui regroupe 51 associations de partout au pays, prend bonne note de la réponse provisoire du Gouvernement du Canada au 3ieme Rapport du CPAC intitulé Nouvelle Charte des anciens combattants : Allons de l’avant, réponse qui présente un processus en deux étapes visant la mise en œuvre des recommandations du Rapport. La CAD est surtout heureuse de constater que la première étape comportera la mise en œuvre sans délai de mesures correctives touchant les besoins des anciens combattants qui sont gravement malade ou blessés et ceux de leurs familles.

La CAD appui sans réserve la décision du Gouvernement du Canada de ne pas libérer un militaire des Forces armées canadiennes pour raison médicale avant qu’il ne soit jugé stabilisé sur le plan médical, qu’un processus soit mis en place afin d’assurer que les besoins du militaire gravement malade ou blessé priment dans la décision de lui offrir un gestionnaire de cas, et étudier l’écart qui existe concernant les bénéfices que reçoivent les anciens combattants de la Force régulière et de la Force de réserve.

La CAD a aussi remarqué que le Gouvernement du Canada tient compte, dans la deuxième étape de son processus de mise en œuvre de certaines des recommandations du Rapport, de leur complexité et du besoin d’une plus grande consultation avec et coordination entre les ministères des Anciens combattants, de la Défense nationale, des Finances et du Trésor.

La CAD encourage avec vigueur le Gouvernement du Canada à se pencher sur la question des bénéfices à vie pour les anciens combattants blessés, et recommande que soit déclaré non imposable, ajustée en fonction de l’indice des prix à la consommation et représente 85% du revenu net, l’allocation pour perte de revenus.

Prière d’adresser toute demande de renseignement à Peter Forsberg, officié des affaires publiques, ou à Tony Battista, directeur général de la Conférence des associations de la défense.